Fibonnaci et Ichimoku : quel est le meilleur indicateur ?

Dans le trading, il faut faire usage de plusieurs outils pour pouvoir évoluer. Au sein du marché boursier, beaucoup pensent que les chiffres évoluent de façon aléatoire, mais ce n’est aucunement pas le cas. Tout est calculé et analysé grâce à des indicateurs.

Les plus connus sont les indicateurs Fibonnaci et Ichimoku. Pendant que certains ne jurent que par Fibonnaci, d’autres préfèrent se référer à Ichimoku. Lequel choisir, lequel est le meilleur ?

Fibonnaci

Léonard de Pise est Léonard Fibonacci. Mathématicien italien, il a pu retrouver le lien entre l’Occident et les chiffres indo-arabes. La suite de Fibonacci a notamment été inventée par lui. Elle consiste en une suite d’entiers au sein de laquelle chacun des termes est la somme des deux termes précédents.

Dans le trading, l’indicateur de la suite de Fibonacci sert à déterminer les niveaux de résistance, de support, et les objectifs. Autrement dit, les retracements. Plus précisément encore, l’indicateur Fibonacci peut déterminer si d’ici quelques heures ou quelques jours, une action se retrouvera en baisse ou en hausse. Le trader qui utilise Fibonacci et qui arrive à bien calculer les valeurs, peut déterminer la valeur future d’une action.

L’indicateur Ichimoku

Cet indicateur est aussi bien un outil qu’une méthode d’analyse technique. Il a vu le jour au Japon et n’était autrefois utilisé que sur les marchés asiatiques.  Elle s’est peu à peu étendue aux marchés européens et est même très populaire de nos jours . Littéralement, il signifie ‘’équilibre d’une courbe en un clin d’œil’’ voir wikipedia.

Ichimoku joue le même rôle que l’indicateur Fibonacci. Il permet au trader d’anticiper sur l’un ou l’autre des cours d’une action. Par ailleurs, Ichimoku regroupe en son sein des composantes graphiques au nombre de 5.

Lequel est le meilleur ?

Chaque trader a un choix différent d’un autre trader. Fibonacci et Ichimoku se valent, aucun n’est au-dessus de l’autre. Chacun possède ses forces et ses faiblesses et c’est au trader de savoir comment s’en servir pour gagner des gains.

Bien maitriser ses indicateurs dans son trading

Se mettre au trading inclut qu’on doive avoir une bonne maitrise des différentes règles qui régissent les marchés, mais aussi bien connaitre le fonctionnement des différents indicateurs techniques existants. Cette seconde tâche est d’une grande importance, car pour réussir vos trades, il vous faudra savoir bien utiliser les indicateurs.

Mémoriser et comprendre les différents indicateurs tels le MACD, Ichimoku et Bandes de bollinger

De nombreux indicateurs à mémoriser.

Il existe plusieurs types d’indicateurs, dont ceux qui servent à identifier l’évolution du cours dans un temps donné (les indicateurs techniques chartistes vus ici) et ceux qui s’intéressent principalement aux volumes de transactions (les indicateurs techniques statistiques). Ces deux types principaux d’indicateurs sont de nature complémentaire, et il vous est requis de faire usage d’indicateurs provenant des deux catégories dans le même temps. Pour réussir votre trading, vous devez comprendre quel rôle joue chaque type d’indicateur, afin de pouvoir vous en servir.

Tous les moyens sont bons pour mémoriser ceux-ci au début, et vous pouvez par exemple utiliser des fiches de mémorisation. Cependant, la meilleure manière de vous rappeler des indicateurs est encore de les utiliser et les mettre en pratique directement sur le marché. Plus vous vous habituerez à les utiliser et les interpréter, plus il vous sera facile de retenir l’importance de chacun. En outre, il faut savoir que seulement quelques-uns des indicateurs vous seront nécessaires pour votre trading.

Faire de la pratique sur les marchés

Le choix des indicateurs techniques utilisés est important, et le choix doit se faire en fonction de la personnalité de chaque trader. Pour trouver quels sont les indicateurs qui conviennent à votre profil, le mieux à faire est de les essayer sur les marchés. Ainsi, certains traders sont plus à l’aise avec d’autres indicateurs que d’autres, et cela varie toujours selon la personne.

Si vous souhaitez vous essayer aux différents indicateurs techniques mais que vous ne voulez pas risquer de perdre de l’argent sur les marchés en raison d’un manque d’expérience, vous pouvez toujours vous lancer avec un compte démo. C’est d’ailleurs une option fortement conseillée, si vous avez envie d’essayer gratuitement différentes plateformes de trading ainsi que les divers outils qu’ils mettent à votre disposition.

Ne jamais arrêter de se documenter

L’ensemble des connaissances relatives au trading n’est pas statique, et les discussions à propos de celui-ci n’ont de cesse de continuer sur le web mais également hors ligne. Pour tirer au mieux parti des indicateurs techniques, il ne faut jamais arrêter d’en apprendre sur le trading en général. Par exemple, il existe des stratégies mises au point par des traders qui se basent sur une combinaison de plusieurs indicateurs ensemble, ou bien en paramétrant ceux-ci d’une manière spécifique, comme le Guppy ou encore le Rainbow (abcbourse).

La manière d’aborder le trading lui-même est une question sans cesse abordée dans le domaine de la finance et de l’économie. En outre, ces discussions ont mené à l’apparition du trading qui se base essentiellement sur l’intelligence artificielle, en cela que votre argent serait géré par des robots-trader qu’il vous faudra paramétrer. Vous documenter en continu peut ainsi vous être bénéfique, et vous pouvez par exemple décider qu’intégrer des robots trader à votre stratégie peut être intéressant.

Un petit lexique pour bien commencer votre trading

Dans le monde de la bourse, il existe ce qu’on appelle des indicateurs techniques, qui sont des outils vous servant à identifier la tendance, et pour vous aider à prendre des décisions concernant les actions à entreprendre. Pour vous aider à y voir un peu plus clair, voici un survol des principaux indicateurs techniques qu’il vous faut connaitre.

Droites de résistance/support

Il s’agit de droites mises en place afin de délimiter une zone dans laquelle la courbe des prix est supposée évoluer. Elles sont déterminées au moyen des points pivots, calculés sur une base périodique, et lorsque la courbe des prix « casse » une droite de résistance ou de support, c’est un fort signal d’une tendance haussière ou baissière, dépendamment du type de droite cassée.

Moyennes mobiles

Les moyennes mobiles sont un des outils les plus simples et plus pratiques, et sont une moyenne des fluctuations des prix sur une base périodique, pouvant être court, moyen ou long terme. Il convient d’en faire un usage dans un marché relativement dynamique, et est à utiliser avec précaution lorsque le marché n’est pas assez actif. Il est hautement favorisé dans le trading court terme, dans la mesure où il permet d’aisément identifier les tendances. Il existe plusieurs types de moyennes mobiles, et on peut choisir entre plusieurs portions de temps spécifiques pour celles-ci.

MACD

Le MACD ou Moving Average Convergence Divergence est un indicateur technique qui se base sur la différence entre une moyenne mobile exponentielle (EMA) étalée sur une tranche périodique précise et une autre EMA située sur une tranche de temps différente. Utilisée avec ce qu’on appelle une ligne de signal, on peut utiliser les points de rencontre des deux courbes comme des signaux de changements de tendance.

RSI – Relative Strength Index

On utilise généralement le RSI pour indiquer si la tendance haussière ou baissière d’un index a encore de beaux jours devant lui ou est en train de s’essouffler. Il n’est pas destiné pour un type de trading en particulier, et peut s’appliquer aussi bien au day trading qu’au swing trading, il faut juste utiliser des horizons de temps différents.

Stochastique

La stochastique est une pratique se basant sur l’apparition de différents schémas sur la courbe de prix d’une valeur, et l’interprétation de ce schéma pour prendre une décision d’achat ou de vente. Il existe plusieurs configurations de la courbe qui reviennent fréquemment, comme la tête-épaules, qui se compose d’un pic élevé du prix entouré par deux pics moyennement élevé. Celui-ci en particulier indique qu’une tendance haussière peut avoir prochainement lieu.

SAR ou Parabolic SAR

Les points SAR sont des points où, si la courbe de prix passe par ceux-ci, la tendance a de grandes chances d’être renversée, et la courbe prendra la forme d’une parabole avec ce point comme sommet. Selon si la parabole en question est en forme de cloche ou en cloche inversée, on peut utiliser les points SAR comme indicateurs qu’il faut acheter ou mettre fin à une position.

Bandes de Bollinger

Les bandes de Bollinger sont formées par deux lignes placées de part et d’autre d’une moyenne mobile généralement sous 20 jours. La largeur de la bande ainsi créée permet d’indiquer si la valeur tradée est volatile ou non.

DMI – Directional Movement Index

Grâce aux courbes de pressions haussières et baissières d’une valeur, le DMI permet d’indiquer la présence d’une tendance vers le haut ou vers le bas, qui est spécifiée aux points de croisements de ces deux courbes.

Vagues d’Elliott

Les vagues d’Elliott sont des indicateurs techniques assez faciles à reconnaitre, car se composant de plusieurs vagues consécutives, et mises ensemble, composent ce qu’on appelle un cycle boursier. En premier, nous avons 5 vagues qui alternent tendance haussière et baissière, puis trois vagues qui vont dans le sens inverse de la tendance générale, et qui font ainsi office de mouvement de correction.

Le nombre d’or de Fibonacci

Le nombre de Fibonacci est un chiffre qu’on retrouve fréquemment dans la nature, et qui est utilisé dans divers domaines comme l’architecture pour des raisons esthétiques. On le retrouve dans le monde du trading sous différentes formes, dont les retracements de Fibonacci, qui sont des droites horizontales placées à 23,6%, 38,2% et 61,8% sur la ligne verticale qui part du point le plus bas à celui le plus haut du prix. Ces lignes horizontales sont perçues comme de potentiels endroits où la tendance peut changer.